Fête du jour : Adeline Vendredi 20 Octobre 2017
» Accueil » Actualités » Discours du Maire de BUELLAS pour les Voeux

06/01/2015 - Discours du Maire de BUELLAS pour les Voeux

 Salutations des personnalités présentes, Monsieur le Député,  Xavier BRETON, Monsieur le vice président du conseil régional, Jean François DEBAT, Monsieur le conseiller général, Bernard PERRET, Monsieur le président de Bourg en Bresse Agglomération, Michel FONTAINE, les autorités civiles militaires et religieuses

Je salue chaleureusement mes collègues maires, maires adjoints, et élus des différentes communes, anciens élus, ainsi que toutes les forces vives de notre commune qui contribuent à lui donner une réelle qualité de vie,

Remerciements au conseil municipal et employés communaux

Buellassiennes et Buellassiens,Mesdames, Messieurs,

Au nom du conseil municipal et en mon nom personnel,  je vous adresse à tous  et à toute la population que vous représentez, mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Je souhaite tout d’abord vous adresser mes vœux les plus sincères afin que cette année 2015 apporte à tous joie, santé et prospérité.  Au cours de l’année passée, nous avons assisté à plusieurs départs qui nous ont attristés dont celui de Daniel CRETIN,  en mai.
J’ai une pensée particulière pour les familles et tous ceux qui ont été durement touchés en 2014,  par la maladie et les difficultés de la vie. Je vous souhaite une meilleure année 2015. Je forme le vœu pour que vous trouviez toutes les ressources et tout le courage nécessaires pour surmonter les épreuves.

Je souhaite insister sur cet état d’esprit qui caractérise bien notre village : Le bien vivre ensemble, la solidarité, le lien social qui se tisse chaque jour, la convivialité, la proximité et cette appartenance qui fait, grâce à nous tous, l’identité de notre commune. Je voudrais surtout rendre hommage à tous ceux qui, par leur investissement au quotidien font vivre BUELLAS. C’est cet état d’esprit des bénévoles qui égaye notre village. Ce sont eux qui trouvent des financements, qui organisent des manifestations en tout genre et qui donnent leur temps aux autres.

Mesdames et Messieurs les bénévoles, recevez toute notre gratitude.

Pour que tout se passe au mieux pendant ces manifestations, la sécurité des personnes et des biens doit être préservée. Deux acteurs s’associent pour garantir cette sécurité : les gendarmes et les pompiers. Nous vous avions invités dans cette salle avant Noël à une réunion publique pour vous prémunir contre le vol. Le conseil municipal a donné son accord et nous mettrons en place avec les services de l’état une prévention accrue contre les délits d’appropriation : ce sera "les voisins vigilants". Je profite de cet instant pour remercier le Capitaine TASSA ainsi que son équipe pour leur collaboration au travail de prévention réalisé sur notre commune.

Je souhaite la bienvenue aux nouveaux habitants. Vous avez fait le bon choix en habitant BUELLAS. Je vous souhaite une bonne intégration mais aussi de tisser des liens durables dans notre commune.

Cette période des vœux est l’occasion de dresser un bref bilan de nos actions et de vous faire part des orientations pour l’année qui arrive. Je ne m’y attarderai pas trop, car dans le bulletin municipal que vous venez de recevoir, vous êtes informés sur les réalisations et les projets dans le détail. Je vous ferai part plus longuement des préoccupations et des grandes orientations du moment.

La réforme des rythmes scolaires, décidée par l’Etat, la reprise de la cantine et de la garderie par les services communaux sont désormais en place. Je ne vous cacherai pas que le coût est lourd pour notre commune. L’offre faite aux enfants est de qualité grâce à Stéphanie qui a su s’investir et animer son équipe. La mise en place administrative a été lourde. Elle est enfin au point par le travail de Catherine et Annie. Nous devrons aborder plus tard la question du tarif de ces services car il ne sera pas possible de pérenniser les TAP dans ces conditions à cause des coûts engendrés et du manque de personnel. Je remercie la commune de POLLIAT avec qui le dialogue a été efficace et constructif. Mutualisation et collaboration n’ont pas été de vains mots. Je tiens à remercier Mme BERTILLOT qui fait des animations autour de l’histoire et du patrimoine et M. QUECHON qui fait partager sa passion du moyen âge, tout ceci bénévolement.

La deuxième action a été le démarrage de la révision du PLU. L’équipe municipale précédente l’a décidée après une étude de faisabilité. Cette décision s’est appuyée sur l’évolution nécessaire de notre précédent document et les recours qui sont engagés, mais aussi sur l’évolution des lois et règles régissant l’urbanisme et l’environnement et enfin sur la nécessité d’extraire des granulats pour permettre le développement économique de notre bassin de vie. Notre volonté a été de garder la main sur le dossier afin de préserver notre identité paysagère, notre cadre de vie et nos espaces.

J’ai souhaité qu’un conseil consultatif indépendant du conseil municipal soit un organe privilégié de consultation pour  cette extension de la carrière. Il est à votre écoute et rendra un avis d’ici peu. J’apprécie l’engagement de ses membres. L’enjeu est d’importance pour l’avenir de notre commune. Je reste persuadé que chaque point de vue, chaque crainte et chaque questionnement est intéressant. Je n’évoque pas ici les idées préconçues mais les arguments évoqués. En aucun cas celui qui parle le mieux ou le plus fort, celui qui est plus influent ou même celui qui semble le plus expert ne doit l’emporter.

Le cabinet Berthet- Liogier-Caulfuty réalise les études nécessaires et fera des propositions. Elles devront prendre en compte les différentes remarques. Dans la philosophie des papillotes j’ai découvert que Jean Jacques ROUSSEAU a dit : « Nul ne veut le bien public que quand il s’accorde avec le sien ». Le conseil municipal arrêtera le projet dans l’intérêt général. J’ai souhaité que Bourg en Bresse Agglomération s’associe à notre démarche car les enjeux de cette extension nous dépassent. Comprenez que je m’attache à ce que l’éclairage de la réflexion soit multiple : urbaniste, environnemental, paysager, économique, politique voire émotionnel. Rien ne doit être écarté à priori car, à condition que l’on  s’écoute, ensemble, nous pouvons être intelligents. Une réunion intermédiaire de présentation au conseil municipal, ouverte à vous tous, est prévue le 27 janvier ; prévenez nous de votre visite que la salle soit adaptée.

La troisième action mise en route est la rénovation de nos chaufferies. Nous en avons trois qui arrivent en fin de vie. Celle de l’ancienne école rue de la poste sera changée d’ici peu. Une étude de faisabilité pour une chaufferie bois aux CONDAMINES, commune à l’école et à cette salle des fêtes, a été présentée au conseil en décembre. Après un temps de maturation, nous devrons débattre sur la rénovation de cet équipement. Nous nous faisons assister ici par le cabinet SETA et l’association Hélianthe.

Enfin pour terminer, nous prévoyons une rénovation d’une partie de réseaux  d’assainissement route de TREVOUX. Ce tronçon passe sous des murs, des haies, même sous une construction et dire qu’il est en très mauvais état est un euphémisme. Le risque est grand que ce réseau ne s’obstrue et nous ne pouvons pas intervenir dans l’état actuel des choses. Les coûts sont élevés car les travaux représentent plus de 450 000€. Nous avons écouté le bureau d’étude ARPEGE et entendu les riverains avec deux réunions publiques. S’il est évident que le bureau d’étude a un avis d’expert, s’il est heureux que le maire et l’adjoint délégué soient d’une part au fait du dossier et d’autre part affirment les limites financières, il est néanmoins nécessaire que nous respections les avis de la population concernée. La solution retenue n’est ni la plus simple ni la moins coûteuse. Les réseaux passeront sur des propriétés privées ; j’attends donc le retour des conventions de la part de chaque propriétaire car la solution envisagée ne peut exister que si tous signent cet acte. La concertation arrive ici à ses limites.

J’élude l’entretien des bâtiments, la sécurité et la voirie qui sont des travaux récurrents. Je remercie Pierre et Philippe, nos deux agents techniques qui sont si souvent sur la brèche.

Je remercie aussi les membres du CCAS et les porteurs de repas qui s’engagent à nos cotés pour mettre en place des aides aux plus faibles et aux plus fragiles. Nous le faisons avec peu de moyens mais c’est une action nécessaire que d’assurer la sécurité et la solidarité.

Tout ce que je vous énumère fait l’objet d’une gestion normale d’une commune. Même si certains enjeux financiers sont importants, tout ceci n’est que l’affirmation des priorités établies.

Mais ce n’est pas le seul sujet de préoccupations pour la gestion future. Depuis de nombreuses années déjà, nous entendons parler d’une réforme de l’organisation territoriale de notre pays et d’une réduction des dépenses publiques. Ne nous trompons pas sur les thèses qui s’opposent à ce sujet. Bien loin des clivages politiques, nous sommes face à deux conceptions totalement divergentes de l’aménagement du territoire. L’une dictée par une vision urbaine et technocratique, l’autre par une vision plus rurale et à mon avis beaucoup plus proche du bon sens. Il n’appartient pas au maire que je suis de commenter les décisions et les lois votées par le législateur, mais comme ces lois impactent directement la vie de notre commune, Il s’agit de l’organisation du territoire et de ses ressources financières, alors j’apporterai tout de même mon analyse.

La réalité est simple : nous faisons face à la réduction drastique des ressources communales. Personne n’annonce la disparition des communes mais d’ici 2018, une bonne partie d’entre elles sera étranglée financièrement à cause de la réduction des dotations de l’état. « La moitié, voire les deux tiers des collectivités pourraient être dans le rouge » annonce l’un des auteurs du rapport d’étape rendu au sénat fin novembre. C’est moins risqué, plus insidieux et bougrement plus efficace plutôt que d’annoncer la suppression pur et simple des communes. Nous avons la chance à BUELLAS de partir d’une situation financière saine, de dépenses de fonctionnement bien contenues et d’un endettement faible dont un tiers participe à des recettes par le photovoltaïque. Pour nous ce sera difficile mais pas critique.

Après trois années d’investissements importants, nous réduirons la voilure, ce sera du chiffre d’affaire en moins pour nos entreprises locales, donc moins de travail et plus de chômage. Ce sera aussi un effort de tous aux réductions des dépenses  avec la participation aux mises à disposition d’équipements  et une réduction des subventions.

 Si nous n’acceptons cette prudence, alors, il faudra augmenter les impôts et notre endettement. Je vous devais cette vérité toute simple.

Nous continuerons donc à rechercher des économies mais nous arrivons au bout. La négociation de nos contrats d’énergie a permis la stabilisation des coûts. Nous espérons grignoter encore un peu en transférant ces marchés. Nous prévoyons un programme pluriannuel de travaux sur l’éclairage public et continuerons comme par le passé d’investir pour économiser les énergies. Nous devrons aussi préserver nos équipements publics et rappeler à chacun, que tout comme les petites rivières font les grands fleuves, les petites économies sont indispensables. Nous serons exigeants avec le personnel et optimiserons encore les tâches. Mais nous ne renverserons pas la tendance.

Ne nous leurrons pas, d’une façon ou d’une autre, les communes équilibreront leur budget. Ce sont bien les citoyens qui se serreront la ceinture, donc nous tous. Notre richesse sera le fruit de notre engagement au service des autres. Le temps est terminé où chacun peut exiger toujours plus de la collectivité.

Les associations rencontrent des difficultés, nous en sommes conscients, mais où trouver les financements ?

La mairie s’engage sur les activités périscolaires et les membres du sou, avec sourire et bonne humeur, offrent des activités complémentaires que la commune ne peut plus financer. Tout cela avec l’accord de l’équipe enseignante. Je pourrai aussi prendre d’autres exemples comme le comité des fêtes qui gère les illuminations. Beaux exemples de collaboration et d’effort de tous.

 

 

 

Les services sont dépendants de ce que chacun apporte à travers les activités partagées. Je parle entre autres ici d’activités sportives ou de plaisirs partagés. Cela passe par la réalité des prix des cotisations et de la recherche de réductions de coûts : Les moniteurs fédéraux coûtent moins que des brevetés d’état... Cela passe aussi par les nombreuses manifestations qui apportent les ressources nécessaires. Je me souviens que l’on m’avait dit : «  le bien être est le minimum plus un certain luxe »…..Mais le confort est sans doute le fruit d’un luxe certain.                          D’autres associations apportent un service gratuit à la population. C’est l’échange des goûts partagés. Je parle ici de goûts pour la lecture, pour l’animation communale ou d’aspirations à d’autres cultures et à la mémoire collective.

En 1979, le maire écrivait: « la vie de notre village, de nos hameaux est faite des efforts, de la bonne volonté de tous ». C’est toujours d’actualité et dans notre commune, rien ne sera possible sans les bénévoles et les manifestations.

C’est à notre niveau, notre projet de communauté. Charge à chacun de participer et de soutenir, par sa présence aux manifestations, l’effort de tous.

Si comme je vous le disais, il n’appartient pas au maire de commenter les décisions et les lois, mais c’est son devoir d’adapter sa commune et de l’orienter pour faire face à une réalité qui évolue.

Notre engagement intercommunal se renforce. Il deviendra de plus en plus  un atout grâce à la réduction des coûts par une approche commune, mais pas seulement.

La collaboration avec les communes voisines est le premier volet. Elle existe déjà par l’assainissement avec MONTCET, la petite enfance avec St DENIS, le périscolaire avec POLLIAT, les pompiers avec St REMY, et autres associations sportives intercommunales comme les boules avec MONTRACOL, le foot, le tennis, …etc. Il est nécessaire de développer ces synergies et en développer d’autres, de raisonner ensemble les investissements, de réfléchir à nos complémentarités. Cette collaboration transversale, c’est une façon de valoriser l’existant, rentabiliser, économiser sur les équipements et chercher un nouvel élan ensemble. Je parle sous le couvert de mes collègues car il me semble bien que nous nous y attelons.

Le deuxième axe se déroule avec notre agglomération. Je laisserai le président en parler tout à l’heure. Jean VIARD* disait en parlant de l’opposition centre- périphérie: « la multiplication des idéologies souverainistes localisées qui aident à se faire élire et conduisent à fermer la porte à l’aire urbaine voisine dont on utilise pourtant les services et la vitalité ».

Ce n’est pas l’état d’esprit des maires des petites communes, nous les  petits maires. La réciprocité est indispensable car si la ville nous rappelle souvent les coûts de centralité, nous avons aussi des coûts de ruralité. Il n’empêche que nos communes de la deuxième couronne sont aussi l’espace ressources pour la ville.  Ensemble, nous recherchons donc des économies par une autre organisation. Nous pourrions, par nécessité d’un avenir politique, lorgner sur le porte- monnaie du voisin. Alors on affirmerait que  « Mutualiser, c’est partager nos dépenses ». Ne trouvez vous pas que c’est austère et sombre comme le costume d’un technocrate.

 

Par contradiction, j’affirmerai donc que « Partager, c’est mutualiser nos richesses ». Oui, nous sommes riches et nous l’offrons.

·        Par nos sols, nous apportons des ressources (le gravier pour construire vos maisons et la salade des BIOUX dans vos assiettes).

·        Par la qualité de nos espaces, nous sommes un parc de préservation.

·        Par nos valeurs, nous sommes les garants du faire vivre ensemble.

Je forme des vœux pour nous tous habitants de BUELLAS, membres de BOURG en BRESSE AGGLOMERATION. Dans cette morosité ambiante, je souhaiterai la sérénité apportée par les sourires échangés et les plaisirs renouvelés, je souhaiterai aussi une vie heureuse dans une agglomération qui nous charme de ses atours.

Et nous serons ensemble partenaires d’un projet de territoire qui fera envie par un bel équilibre et le respect mutuel.

 

Bonne année et bon courage à nous tous !

Je vous remercie de votre écoute

*Jean Viard,  est un français, économiste de formation chercheur en sociologie au CNRS. 

:: Les prochaines manifestations
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31